Image default
Aarde Cosmos Europa Geologie Instellingen Techno telex

Nuée de « feux de camp » sur le Soleil

Christian Du Brulle

Deze inhoud is alleen beschikbaar in het Frans.

Les premières images prises par Solar Orbiter, la nouvelle sonde d’exploration du Soleil de l’ESA et de la NASA, révèlent l’existence d’une multitude de petits “feux de camp” à la surface de notre étoile. 

Il s’agit de petites boucles d’éruption, de points lumineux et de fibrilles sombres et mobiles. « Ces éruptions omniprésentes pourraient contribuer aux températures élevées de la couronne solaire et être à l’origine du vent solaire », indique l’ESA, l’Agence spatiale européenne.

Ces images ont été prises le 30 mai 2020 par l’imageur dans l’ultraviolet extrême (Extreme Ultraviolet Imager – EUI), l’un des instruments clés de Solar Orbiter.  

Elles montrent le Soleil observé à une longueur d’onde de 17 nanomètres, ce qui se situe dans la région de l’ultraviolet extrême du spectre électromagnétique. Les images à cette longueur d’onde révèlent la haute atmosphère du Soleil, la couronne, avec une température d’environ 1 million de degrés. L’EUI prend des images du disque complet (en haut à gauche) à l’aide du télescope Full Sun Imager (FSI), ainsi que des images haute résolution à l’aide du télescope HRIEUV.

L’instrument EUI est placé sous la direction des chercheurs de l’Observatoire royal de Belgique, situé à Uccle.

Diverses entreprises et organisations belges ont collaboré à sa mise au point.

Le Centre spatial de Liège a contribué à l’imageur Solo HI, qui mesure le flux et les perturbations du vent solaire, et qui est dirigé par les États-Unis. Les sociétés belges TAS et RHEA ont également participé à la fourniture de composants pour la sonde. Deltatec, à Ans, a développé la caméra triple focale qui équipe EUI.

Lancé le 10 février, Solar Orbiter a terminé mi-juin sa phase de « recette en vol » et effectué un premier passage rapproché au-dessus du Soleil. Les équipes scientifiques européennes et américaines derrière les dix instruments de la mission ont peu après pu tester pour la première fois la suite complète d’instruments.

La première campagne d’imagerie est donc un succès. Le Soleil n’a jamais été photographié d’aussi près. Pendant son premier périhélie, le point le plus près du Soleil situé sur l’orbite elliptique de la sonde, Solar Orbiter s’est approché à 77 millions de kilomètres de la surface du Soleil, soit environ la moitié de la distance entre le Soleil et la Terre. La sonde finira par se rapprocher beaucoup plus du Soleil. Elle est pour l’instant en phase de croisière et ajuste progressivement son orbite autour du Soleil.

Lorsqu’elle sera dans sa phase scientifique, qui commencera fin 2021, la sonde se rapprochera au plus près à 42 millions de kilomètres de la surface du Soleil, à l’intérieur de l’orbite de Mercure. Les opérateurs de la sonde inclineront progressivement l’orbite de Solar Orbiter pour permettre à la sonde d’observer correctement pour la première fois les pôles du Soleil.

 

Crédit Photo: Solar Orbiter/EUI Team (ESA & NASA); CSL, IAS, MPS, PMOD/WRC, ROB, UCL/MSSL

SOx-rijk afvalwater van zeeschepen is belangrijke factor in de verzuring van de zeeën

frans

Tijdens de coronacrisis de berichten op Twitter die het meest gedeeld en geliket werden van betrouwbare bronnen kwamen

Le congé de paternité est bon pour la santé des mères

Christian Du Brulle