Image default
Bedrijven Economie Samenleving Techno telex

Les trois « C » du télétravail: confiance, collaboration et coordination

Christian Du Brulle

Deze inhoud is alleen beschikbaar in het Frans.

Un vaste projet de recherche interuniversitaire auquel ont participé des chercheurs du Pôle de Recherches sur la Communication et les Médias (PReCoM) de l’Université Saint-Louis à Bruxelles (USL-B) vient de se pencher sur les changements et les enjeux que le télétravail engendre en Belgique.

Comment les organisations s’adaptent-elles pour accompagner cette tendance ? Quelles sont les conséquences du travail à distance sur les façons de travailler, individuellement et en équipe ? Quelles sont les compétences que les travailleurs doivent maîtriser dans ces nouveaux environnements de travail ? Le projet interuniversitaire (UNamur, USL-B, UCLouvain, KULeuven) Litme@work fait notamment le point sur ces pratiques et formule diverses recommandations. Plusieurs maîtres mots apparaissent clairement dans les conclusions des chercheurs: coordination, confiance et coordination. Ce qui s’accompagne aussi de nouveaux apprentissages (développement de compétences) mais aussi… d’un faible niveau de critiques.

 

Le travail collaboratif soutenu par les TIC (qu’il soit réalisé en face à face ou à distance) peut être réparti en cinq grandes aires d’activités :

  • Les tâches interdépendantes
  • Les réunions d’équipe
  • La communication à distance entre les membres de l’équipe
  • Les espaces d’information partagés
  • La production collective de documents

Chacun de ces domaines d’activité implique à la fois des compétences de coordination (amener les travailleurs à préparer le travail collectif en fixant des règles, en concevant des procédures et en configurant des outils de collaboration) et des compétences de coopération (soutenir les travailleurs dans des situations concrètes de travail collaboratif, ce qui implique souvent une adaptation des règles, procédures et outils).

Par exemple, pour les ‘‘réunions d’équipe’’, les travailleurs doivent développer des compétences médiatiques numériques liées à la fois à l’activité d’organisation des réunions (consulter les agendas partagés des membres de l’équipe pour sélectionner un moment approprié) et à la participation active aux réunions d’équipe (prendre en compte le tour de parole des membres d’équipes participant à la réunion via un outil de vidéoconférence). Le développement de ces deux aspects complémentaires des compétences collaboratives est essentiel pour soutenir un travail d’équipe à distance adaptatif et sur le long terme.

Et cela ne va pas nécessairement de soi. Selon l’enquête menée auprès des employés des organisations participant à l’étude, le partage des connaissances a diminué à mesure que les membres de l’équipe ont commencé à télétravailler. « Cela est probablement dû aux conversations spontanées qui sont plus rares lorsque les équipes sont dispersées géographiquement », estiment les chercheurs.

Constat positif par contre: le télétravail fait l’objet de peu de critiques de la part de ceux qui y sont confrontés. « La rareté des critiques vraiment oppositionnelles peut s’expliquer par le fait que le télétravail s’articule autour d’un ensemble de valeurs ayant des connotations positives très fortes (“autonomie”, “confiance”, etc.) », indiquent encore les chercheurs.

Belgische onderzoeker berekent mee de inslaghoek van de asteroïde die de dino’s uitroeide

Christian Du Brulle

Avec « W », le Pôle Santé de l’ULB se développe à Anderlecht

Christian Du Brulle

Onderzoek Brussels Studies: aantal dak- en thuislozen stijgt in Brussel

Christian Du Brulle