Image default
Aarde Biologie Gezondheid Klimaat Politiek Samenleving telex

Le moustique tigre se rapproche de Bruxelles

Christian Du Brulle

Deze inhoud is alleen beschikbaar in het Frans.

Il y a un an, les chercheurs de l’Institut de Médecine Tropicale (IMT) et leurs collègues de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRScNB) avaient découvert des œufs de moustique tigre dans une mare de l’aire de repos de Wanlin, sur l’autoroute E-411, à la limite des provinces de Luxembourg et de Namur. Cette année, c’est à Aische-en-Refail, toujours sur la E-411 mais à seulement 45 kilomètres de la Région bruxelloise, que des œufs de moustique tigre ont été découverts.

L’animal n’est pas arrivé chez nous en volant. « De plus en plus souvent, Aedes albopictus voyage par la route », indiquent les chercheurs, « dans les voitures et les camions ».

Le moustique tigre est un petit insecte à la piqûre douloureuse qui peut transmettre des maladies telles que la dengue, le chikungunya et le Zika. Originaire d’Asie du Sud, son implantation en Europe et aux États-Unis a pu s’accélérer grâce au trafic mondial de marchandises, au réchauffement climatique et à sa bonne adaptabilité. Depuis quelques années, il a progressivement pu coloniser des parties de la France et de l’Allemagne.

« Nous avons étudié quatre aires autoroutières cet été et nous avons trouvé des œufs de moustique sur l’une d’entre elles, à Aische-en-Refail », explique la Dre Isra Deblauwe, de l’Institut des maladies tropicales.

Le moustique tigre a également été repéré cet été sur les autoroutes aux Pays-Bas, près de la frontière belge. Les chercheurs de l’IMT ont examiné deux aires de repos supplémentaires le long de ces autoroutes, juste avant la frontière néerlandaise pour la présence de moustiques tigres, mais aucun moustique tigre n’a été repéré.

« Bien que le moustique tigre apparaisse de plus en plus souvent à plusieurs endroits, ce moustique ne s’est pas encore implanté en Belgique et nous ne le repérons que sporadiquement », précise le Dr Wim Van Bortel (IMT). « En 2017, nous avons lancé un vaste projet de surveillance de moustiques exotiques, et depuis 2018, nous repérons chaque année ces moustiques exotiques en Belgique. Il y a donc de vrais risques de voir le moustique tigre s’installer dans notre pays. Une surveillance et un contrôle rigoureux sont donc nécessaires pour identifier les sites où ces moustiques iront s’établir et ainsi pouvoir organiser la lutte ».

Le projet « Surveillance des moustiques exotiques en Belgique » ou MEMO, d’une durée de 3 ans (2017-2020), est financé par les gouvernements flamand, wallon et bruxellois ainsi que le SPF Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement dans le cadre de l’accord de coopération national portant sur les domaines politiques de l’environnement et de la santé.

ULB-onderzoek vindt verklaring voor aangroei van huid die wordt uitgerokken

Christian Du Brulle

Découverte, à l’ULB, d’un gène dont la mutation favorise les métastases et la résistance à la thérapie

Christian Du Brulle

VUB onderzoekt impact corona op zwangere en pas bevallen vrouwen

frans