Image default
Biologie Cosmos Instellingen Techno telex

LaRa: feu vert pour la planète rouge

Christian Du Brulle

Deze inhoud is alleen beschikbaar in het Frans.

L’instrument spatial belge LaRa (Lander Radioscience) a reçu le feu vert pour partir vers la planète Mars, l’an prochain. Il fera partie de la plateforme Kazachok, de la mission ExoMars 2020, commune à l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale russe (Roscosmos).

L’instrument scientifique belge LaRa a été développé par l’Observatoire royal de Belgique sous la direction du Dr Véronique Dehant, et la société Antwerp Space, avec le concours d’ingénieurs de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain). Ces derniers sont plus spécifiquement intervenus dans la mise au point des antennes de sondage de l’instrument.

En réalité, la « réception finale » de LaRa a eu lieu fin juillet en Russie, à l’Institut de recherche spatiale de l’Académie des sciences (IKI). Cette inspection comprenait une série de tests de compatibilité électrique et mécanique avec la plateforme russe. Les tests ont été réalisés dans un environnement stérile pour empêcher toute contamination de la surface de Mars par des éléments biologiques venus de la Terre.

Ce 7 novembre, les résultats de cette inspection ont été validés à Anvers, lors d’un Conseil de revue des tests (Test Review Board).

Instrument de radioscience belge LaRa destiné à la mission ExoMars 2020. © Observatoire royal de Belgique
Instrument de radioscience belge LaRa destiné à la mission ExoMars 2020. © Observatoire royal de Belgique

 

LaRa se compose d’un boîtier électronique (un transpondeur cohérent) et de trois antennes : une antenne réceptrice et deux antennes émettrices. Son but est de mesurer la rotation de Mars, à partir de laquelle seront déduites les propriétés physiques de l’intérieur de la planète rouge, en particulier de son noyau.

Pour qu’une planète soit habitable, la présence d’eau à sa surface s’impose. On sait que ce fut le cas sur Mars dans le passé. La planète doit aussi disposer d’un champ magnétique capable de protéger ses occupants et son atmosphère des radiations provenant du Soleil. Sur Mars ce champ magnétique a aujourd’hui disparu. Pour comprendre cette perte (et la perte d’atmosphère qui l’accompagne), l’étude du cœur de la planète pourrait apporter d’intéressantes informations aux chercheurs. LaRa devrait les renseigner sur la nature du noyau de Mars.

La mission ExoMars 2020 de l’ESA et de ROSCOSMOS devrait décoller du Kazakhstan (cosmodrome de Baikonour), le 25 juillet 202 et arriver l’année suivante à destination.

ExoMars 2020 se compose d’une plateforme qui se posera sur le sol martien et d’un rover qui circulera sur la surface de la planète. Ce rover sera muni d’un trépan qui pourra creuser et analyser la composition du sol jusqu’à deux mètres de profondeur. C’est sur la plateforme qui déposera le Rover sur la planète rouge que l’instrument LaRa se situe.

 

Print Friendly, PDF & Email

VUB lanceert gloednieuw instellingsbreed vak voor alle studenten over duurzaamheid

frans

VUB-onderzoeker ontwikkelt met SYMBIT een innovatief computermodel om vrachtverkeer te optimaliseren

frans

Brusselse archeoloog lost honderd jaar oud Stonehenge-raadsel op

frans