Image default
Aarde Economie Europa Gezondheid Politiek Samenleving telex

Corona: l’Académie royale de médecine recommande l’usage massif du masque en tissu

Christian Du Brulle

Deze inhoud is alleen beschikbaar in het Frans.

Pour les membres de l’Académie royale de Médecine de Belgique (ARMB), la pénurie actuelle ne permettant pas aux citoyens d’être munis de masques chirurgicaux, le port des masques en tissu, dits « alternatifs », doit être encouragé.

« Ce couvre-visage artisanal permet une filtration de 70 % des particules virales. Les masques chirurgicaux en filtrent 89%”, indique le Pr Jean-Michel Foidart, Secrétaire perpétuel de l’Académie de Médecine de Belgique, dans un communiqué. “Il s’agit donc d’un substitut efficace jusqu’à ce que les masques chirurgicaux soient à nouveau disponibles pour tous ».

Cet avis ne vaut qu’en cette période de Covid-19 et surtout en cours de pénurie de masques chirurgicaux FFP2 et FFP3 qui doivent prioritairement être réservés au personnel soignant à domicile, dans les hôpitaux et les maisons de repos. 
 
L’Académie recommande donc à la population dans son ensemble d’utiliser cet outil, actuellement et au cours de la période de déconfinement. « Nous devons voir cela comme un outil de lutte collective contre le Covid-19, et pas comme un outil de protection individuelle. Le but est de freiner la propagation des gouttelettes dans l’espace social et donc de limiter la possibilité que le virus se transmette».

L’Académie rappelle néanmoins que ces masques artisanaux, tout comme les masques chirurgicaux, doivent être manipulés avec grande précaution afin de ne pas rendre leur utilisation dangereuse et contaminante.

“Un masque en tissu ne peut être porté plus de 6 heures”, rappelle le Pr Jean-Michel Foidart. “Il doit être correctement placé pour éviter les fuites: recouvrir le nez, la bouche et le menton. Le masque doit être retiré par les élastiques, sans toucher la face avant de celui-ci. L’utilisateur doit immédiatement se laver les mains après l’avoir ôté. Il faut également veiller à laver ce masque fréquemment, idéalement une fois par jour, à 80 degrés ».

L’Académie insiste sur le fait que l’efficacité de ces masques sera amoindrie si elle n’est pas couplée avec les mesures de lavage fréquent des mains et de distanciation sociale (plus de deux mètres).
 
Les membres de l’ARMB estiment que ces masques « pourraient avoir un impact substantiel sur la transmission sans trop altérer la vie sociale et économique, particulièrement dans un contexte à venir de déconfinement ».

Nieuwe hoop voor de genezing van Type-1 diabetes

frans

Belgische onderwaterarcheoloog vindt offerandedoosje in het Titicacameer

Christian Du Brulle

Maladies auto-immunes: pourquoi un diabète plutôt qu’une arthrite?

Christian Du Brulle