Image default
Bedrijven Biologie Economie Geneeskunde Gezondheid Instellingen telex

Biomédicaments: Kaneka investit dans un nouveau laboratoire mixte à Bruxelles

Christian Du Brulle

Deze inhoud is alleen beschikbaar in het Frans.

Un nouveau laboratoire mixte vient de voir le jour à l’Institut de Duve (UCLouvain/Woluwe-St-Lambert). Il allie les expertises du laboratoire universitaire de microbiologie moléculaire du Pr Jean-François Collet, de l’entreprise japonaise Kaneka et de sa filiale wallonne Kaneka Eurogentec. Le groupe japonais finance pour trois ans (renouvelables) ce nouveau groupe de recherche conjoint installé sur le site bruxellois de l’UCLouvain.

Il impliquera jusque 15 personnes. La mission de ce groupe mixte université-entreprise: développer des souches bactériennes optimisées pour la production de biomédicaments.

Le partenariat est original. Il ne consiste pas uniquement à financer des chercheurs, en attendant de recueillir les fruits de leur travail. Il s’agit véritablement d’un laboratoire mixte mêlant chercheurs académiques et industriels sur un même site universitaire.

« Il s’agit d’une collaboration destinée à faire progresser nos connaissances fondamentales en ce qui concerne les modes de fonctionnement de la bactérie Escherichia coli », explique le Pr Collet. « Mais aussi d’accélérer la mise au point de nouvelles protéines intéressantes produites par cette bactérie afin d’élaborer de nouveaux biomédicaments ».

Pour le Pr Collet, c’est l’aboutissement de longues discussions avec les dirigeants de Kaneka. « En 2013, lors d’une rencontre avec des chercheurs d’Eurogentec/Kaneka, nous nous sommes rendu compte que nous travaillions sur les mêmes bactéries, mais bien entendu avec des visions différentes.

« De notre côté, nous essayons de comprendre comme E.coli fonctionne tandis qu’Eurogentec/Kaneka utilise cette bactérie pour produire des biomédicaments, des anticorps, des cytokines, d’autres types de protéines, mais aussi de l’ADN plasmidique qui peut être utilisé pour la thérapie génique par exemple ».

« Tout cela fonctionne, mais il y a moyen de faire mieux. C’est là que notre expertise concernant E.coli, son enveloppe, et sa génétique est intéressante pour cette entreprise. Nos avancées et nos outils ouvrent la possibilité d’adapter davantage cette bactérie à la production de biomédicaments. De son côté, Kaneka nous apporte son savoir-faire en matière de production industrielle, en fermentation.Tout cela devrait permettre de produire des protéines que personne, jusqu’à présent, n’a été capable de produire en bactérie ».

Les biomédicaments sont des médicaments qui ne sont pas produits à partir de molécules chimiques, mais issus du vivant, par exemple de la levure ou des bactéries, rappelle l’UCLouvain.  Ces organismes sont manipulés en laboratoire pour leur faire produire des protéines et autres molécules utilisées comme biomédicaments. L’insuline est, par exemple, aujourd’hui produite aujourd’hui à partir de cellules de levure.

Archeologie met de metaaldetector: Medea-project werpt eerste vruchten af

frans

La pollution de l’air a un impact direct sur le PIB

Christian Du Brulle

Nieuw 3D-geprint titanium implantaat helpt schedelgaten voortaan beter te herstellen

frans