Image default
Biologie Médecine Santé Société telex

La VUB étudie les différents comportements de notre système immunitaire face au Covid-19

Frans Steenhoudt

Les chercheurs du groupe « Neuro-Aging and Viro-Immunotherapy » (NAVI) de la VUB récoltent actuellement des échantillons de sang de patients infectés par le COVID-19 afin de déterminer comment évolue leur système immunitaire. Ils s’intéressent aussi aux patients qui ont pu se débarrasser du virus.

« Nous voulons découvrir quelles cellules et quels autres composants du système immunitaire sont impliqués dans cette maladie », explique le professeur Joeri Aerts. « Les échantillons de sang des patients guéris nous fournissent des informations précieuses sur l’évolution du système immunitaire. Nous voulons tirer de ces analyses des informations utiles pour le diagnostic, le traitement et la prévention de l’infection ».

Notre système immunitaire utilise un ensemble complexe de cellules et de molécules dans sa lutte contre les agents pathogènes. Le système immunitaire nous protège contre le virus, mais il peut aussi réagir de manière excessive par la production en masse de molécules qui peuvent provoquer une réaction immunitaire si violente qu’elle devient mortelle pour le patient. D’où l’importance de comprendre pourquoi, chez certains patients, le système immunitaire offre un réel effet protecteur alors que chez d’autres, il réagit de manière excessive.

« Nous voulons découvrir quels sont les composants du système immunitaire impliqués dans la protection du patient, mais aussi en cas de réaction excessive », explique M. Aerts. « Au cours de leur processus de guérison et une fois que les patients seront complètement guéris, nous leur demanderons encore de nous donner un échantillon de leur sang, ce qui nous permettra de suivre l’évolution de divers paramètres immunitaires, et de voir également combien de temps ils restent actifs ».

Du point de vue du diagnostic, il est aussi primordial de disposer de ce que l’on appelle des biomarqueurs. Ce sont des molécules qui peuvent être mesurées assez facilement et qui fournissent des informations sur l’état du patient ou qui prédisent l’évolution de la maladie.

« Si nous comprenons quels composants du système immunitaire sont favorables et lesquels sont défavorables à la santé de ces patients, les médecins traitants seront également en mesure de répondre plus rapidement et de manière plus ciblée dans leurs traitements », conclut M. Aerts.

« En outre, on peut aussi développer des médicaments qui agissent spécifiquement sur ces cibles. Pour vraiment contrôler la maladie, il est très important de mettre au point un vaccin qui garantisse que nous soyons aussi bien protégés que possible. Pour ce faire, nous devons armer notre système immunitaire contre le virus. Afin de mettre au point un vaccin sûr et efficace, il est de la plus haute importance de bien comprendre comment le système immunitaire interagit avec le virus ».

L’astéroïde qui a « tué » les dinosaures a frappé la Terre sous un angle de 60 degrés

Christian Du Brulle

Journée sans voiture: le calme et l’air pur ont baigné la Région bruxelloise

Christian Du Brulle

La pollution de l’air a un impact direct sur le PIB

Christian Du Brulle