Image default
Archéologie Histoire Institutions Matière telex

Comment mieux protéger l’or des stupas

Frans Steenhoudt

Dans le cadre de sa thèse, Lise Vermeersch, étudiante en ingénierie de la VUB, tente de mettre au point un procédé permettant de mieux fixer les feuilles d’or qui recouvrent la pagode Schwedagon, du célèbre temple du Bouddha doré, à Yangon (Myanmar).

Le toit du temple est recouvert de 50 tonnes de feuilles d’or qui se détachent régulièrement par endroits. Résultat : tous les cinq ans, le temple disparaît derrière les échafaudages des artisans qui ôtent les feuilles d’or qui s’écaillent, pour ensuite, dans la mesure du possible, les récupérer et les recoller.
« Les plus gros problèmes se posent au niveau du dôme, où la feuille d’or est collée sur une base de cuivre », explique Lise Vermeersch. La jeune femme pointe plusieurs causes potentielles à cette détérioration récurrente: la chaleur, la présence de deux métaux (l’or et le cuivre sous-jacent), mais aussi la situation du temple, près de la mer dont l’air corrode plus rapidement le cuivre, ce qui désolidarise les feuilles d’or de leur support.

Le temple est l’un des plus importants au monde pour les bouddhistes. Il fait 98 mètres de haut et a été reconstruit à plusieurs reprises après que des tremblements de terre l’aient endommagé.

La recherche en est encore à sa première phase: l’analyse du problème. À Bruxelles, les scientifiques tentent de déterminer exactement pourquoi la structure est défaillante. Des échantillons ont été amenés à Bruxelles après que le professeur Herman Terryn soit allé sur place, à la demande de son ancien doctorant Shwe Wut Hmon Aye, lui-même originaire du Myanmar.

Les cellules T de l’embryon se diversifient après la naissance pour protéger le bébé

Christian Du Brulle

Les élèves du secondaire dubitatifs face aux conseils de classe participatifs

frans

L’histoire médiévale d’Ypres racontée par les squelettes du cimetière St-Nicolas

frans