Image default
Entreprises Economie Philosophie Santé Institutions Politique Société telex

Travail, consommation, nouvelles aspirations: ce qui a changé avec le covid

Une trentaine d’experts de l’Université Saint-Louis et de l’UCLouvain viennent de livrer les résultats de leur enquête sur le confinement. De l’analyse des 1450 réponses reçues, ils constatent que 90% de ces personnes souhaitent désormais que l’après-covid intègre la garantie d’un emploi pour toutes et tous, le basculement de nos sociétés dans la reconversion écologique et la reconnaissance des emplois les plus utiles socialement.

Au cours du confinement, 87% des répondants disent avoir changé leurs habitudes de consommation, principalement plus locale (31 %), en ayant recours aux commerces de proximité (10 %) ou en réduisant la consommation non nécessaire (22 %).

En ce qui concerne le travail, 63 % de répondants disent avoir connu une évolution de leurs conditions de travail durant le confinement, ce qui a donné à des difficultés nouvelles pour 93 % de cet échantillon.

73 % des travailleurs atypiques (intérim, freelance, indépendants) déclarent avoir perdu tout ou une partie de leur revenu durant la période de confinement. Et 32 % des répondants affirment avoir perdu une partie de leurs revenus, pour un montant moyen de 665 € pour la durée du confinement. La perte touche davantage les bas revenus et les jeunes.

En ce qui concerne le télétravail, c’est le manque de contacts sociaux qui apparait particulièrement problématique dans cette enquête. Toutefois, 89 % des personnes qui ont répondu à cette enquête ont perçu au moins un avantage au télétravail, notamment en termes de déplacement, de flexibilité des horaires et de combinaison de l’activité avec les obligations familiales.

Les résultats complets de cette recherche sont accessibles ici.

 

VUB-onderzoekster ontwikkelt bruikbare definitie om moderne slavernij aan te pakken

frans

La VUB et l’UZ comptent sur l’IA pour l’analyse des tumeurs

frans

Grâce à la photogrammétrie 3D, Hercule se dévoile aux archéologues de l’ULB

Christian Du Brulle