Image default
Santé Techno telex

Une incision de 5 cm remplace désormais une opération à cœur ouvert pour remplacer la valve aortique

Frans Steenhoudt

Depuis le début de l’année, les patients âgés qui présentent un rétrécissement (ou sténose) de la valve aortique se voient proposer au Centre des Maladies Cardiovasculaires de l’UZ Brussel un remplacement de leur valve via une voie très peu invasive.

Pour les patients de 70 ans souffrant d’une sténose sévère de la valve aortique, cette approche, où le chirurgien ne doit plus ouvrir le sternum, présente différents avantages :

  • une revalidation plus rapide et une reprise des activités quotidiennes également plus rapide
  • un moindre impact sur leur mobilité
  • une diminution du risque d’infections pulmonaires et de la plaie après l’intervention

Sur la base de l’expérience qui a entre-temps été acquise, l’équipe de Chirurgie cardiaque de l’UZ Brussel proposera aussi cette intervention minimale invasive aux patients de moins de 70 ans.  Pour l’instant, l’UZ Brussel est le seul hôpital en Flandre et à Bruxelles à proposer cette intervention à sa patientèle.

Le remplacement d’une valve aortique est l’une des interventions les plus fréquentes en chirurgie cardiaque. Jusqu’il y a peu, une valve aortique sténosée était remplacée dans la plupart des cas par une valve artificielle via une opération où le chirurgien ouvre le sternum pour arriver au cœur et à la valve abîmée. Le cœur est alors arrêté temporairement et une circulation artificielle cœur-poumons prend le relais pour la respiration et la circulation sanguine.

“Chez les personnes âgées, nous réalisons un remplacement de la valve aortique depuis 2013 avec une valve sans suture. La durée de l’opération est nettement plus courte, et entraîne moins de complications », explique le Dr Jan Nijs du service de Chirurgie cardiaque du Centre des Maladies Cardiovasculaires de l’UZ Brussel. « La voie d’accès à la valve aortique que nous utilisons depuis le début de cette année est encore plus petit.  Nous nous limitons à une petite incision de 5 cm entre les côtes de la cage thoracique droite. Les patients ont donc non seulement une cicatrice beaucoup plus petite, mais aussi beaucoup moins mal ».

« Étant donné qu’une revalidation comme celle réalisée après une opération à cœur ouvert est moins nécessaire, les patients peuvent aussi reprendre leurs activités quotidiennes plus rapidement. En outre, les infections pulmonaires et de plaies sont moins fréquentes, le risque d’insuffisance cardiaque est plus faible et les pertes sanguines sont nettement moindres”, précise le chirurgien.

“Sur la base de l’expérience que nous avons acquise depuis le début de l’année, nous allons aussi proposer cette option aux patients de moins de 70 ans”, indique de son côté la Dre Ines Van Loo, du service de Chirurgie cardiaque.

On retrouve la sténose de la valve aortique surtout chez des personnes âgées et chez des personnes souffrant d’une anomalie congénital, soit quand la valve aortique n’est constituée que de deux feuillets. La sténose est provoquée par la calcification de la valve. Dans les pays occidentaux, cette affection est l’anomalie de valve cardiaque la plus fréquente. Par son rétrécissement, la valve aortique ne s’ouvre plus correctement. Le cœur doit donc travailler davantage pour pomper le sang du cœur via l’aorte. Le remplacement de ces valves malades conduit à un meilleur taux de survie des patients et à une diminutions de leurs plaintes.

Si cette pathologie reste non traitée, elle peut entraîner une insuffisance cardiaque ou un décès subit.

L’évolution naturelle de l’affection est relativement rapide et s’exprime par des plaintes de fatigue, dyspnée, oppression au niveau de la poitrine, vertiges et syncopes… Dans la plupart des cas, le diagnostic est posé après une échographie cardiaque, une technique d’imagerie non agressive où la valve est visualisée avec des ultrasons et où l’on peut déterminer la gravité de la sténose.

Au Néolithique, les différents groupes humains ne se fréquentaient pas trop

frans

Nouveau label de qualité en matière d’essais cliniques pour l’UZ Brussel

frans

Algorithmes et démarche artistique font-ils bon ménage?