Image default
Biologie Santé Education Psy Société Techno telex

Sexting chez les jeunes: un comportement déviant?

Frans Steenhoudt

Malgré les conséquences parfois malheureuses, le sexting (le fait d’envoyer par smartphone des messages à caractère sexuel) est peu à peu considéré comme un développement normal de la sexualité chez les jeunes. 

Genade Dewaele, récemment diplômée en sciences de l’éducation à la VUB, a étudié dans le cadre de son mémoire de fin d’études les normes retenues par les jeunes pour déterminer s’il est acceptable d’envoyer un message sexuel. Le fait de montrer ou diffuser des images de soi à caractère sexuel est considéré comme inacceptable par la plupart des jeunes et la diffusion sur les réseaux sociaux d’un tel message suscite chez la plupart d’entre-eux une saine répulsion. Regarder des photos osées les uns des autres est recalé par 68,7%, les envoyer à d’autres personnes encore refusé par 79,5%. « Les filles sont à cet égard moins tolérantes que les garçons », explique Genade Dewaele. Le sexting n’est pourtant plus considéré, comme dans certaines études vieilles de quelques années, comme un comportement déviant. « Il s’inscrit parfaitement dans les moeurs actuelles en matière de sexualité des jeunes, dans lesquelles les réseaux sociaux occupent une place importante ».

Genade Dewaele a, dans le cadre de son enquête, rédigé un questionnaire anonyme à l’intention de 668 jeunes, garçons et filles, âgés de 14 à 18 ans et organisé des groupes de discussion dans deux écoles flamandes. Un peu moins de 33% des participants suivaient l’enseignement professionnel, 36% l’enseignement technique et un bon 31% l’enseignement général.

L’enquête montre clairement que la tolérance vis à vis du sexting diminue avec l’âge, que les filles l’acceptent moins que les garçons et qu’il est mieux toléré par les élèves du professionnel que par ceux du technique et du général. Les jeunes tolèrent moins bien le sexting vers des tierces personnes lorsqu’on est en couple que quand on est célibataire, et ils éprouvent plus de difficultés avec les images du bas du corps.

Les photos de nu complet sont moins tolérées que celles de parties nues du corps diffusées isolément. Étonnamment le fait d’être identifiable joue un moindre rôle. Idem pour la présence d’un visage.  Selon Genade Dewaele, cela s’explique par le fait que le visage n’est pas le seul moyen d’identifier une personne. « Les jeunes ont d’autres façons de savoir qui apparaît sur une photo », dit-elle.

« Définir le sexting comme quelque chose de foncièrement négatif serait trahir la réalité », estime encore Genade Dewaele. « Cela peut avoir un effet positif sur la confiance en soi. Cela peut même contribuer à renforcer une relation, notamment lorsque cela se passe au sein d’un couple. Mais il faut prêcher la prudence parce que le sexting peut avoir des conséquences sociales et personnelles pour celles/ceux qui doivent subir une diffusion qu’ils ne souhaitent pas. Il est donc urgent que ce thème soit abordé dans le contexte de l’école, où on accorde déjà plus de place à l’éducation aux médias ».

L’Union européenne compte sur les jeunes professionnels des médias pour stimuler l’innovation dans ce secteur

frans

Deux cyclotrons pour PARTICLE, le premier centre de protonthérapie belge

Christian Du Brulle

VUB-vorser bevestigt: dit zijn de alleroudste eierschalen die ooit gevonden zijn

frans