Image default
Non classé Société

Premiers tours de roues pour la navette automatisée du campus universitaire et hospitalier de Jette

Frans Steenhoudt

Des chercheurs de la VUB et de l’ULB ont lancé un projet pilote de véhicule autonome motorisé sur le Brussels Health Campus (Jette)/ But de l’expérience: étudier la relation entre l’homme et la machine. Le tout premier trajet de cette navette automatique a eu lieu le 23 août sur le « Brussels Health Campus » de Jette: le campus médical de la Vrije Universiteit Brussel et de l’Universitair Ziekenhuis Brussel. C’est le premier test d’une navette autonome de ce genre dans le cadre d’un projet de recherche en Région de Bruxelles-Capitale. Les chercheurs de l’ULB et de la VUB ont choisi le campus jettois parce qu’il leur permet d’étudier la relation entre l’homme et la machine avec un large éventail d’utilisateurs.

Des solutions pour Bruxelles

Le projet associe les équipes de MOBI et SMIT de la VUB et de LoUIsE en Faculté d’Architecture de l’ULB et bénéficie du soutien d’Innoviris, Région de Bruxelles-capitale. Ensemble, ils réunissent des expertises en mobilité durable, en aménagement du territoire et en “living lab / laboratoire vivant”. Les chercheurs vont tester, sur terrain “grandeur nature” et pendant 6 mois, des solutions intelligentes pour répondre aux défis de mobilité à Bruxelles.

Le groupe de recherche SMIT (VUB) partage son expertise en expérimentations de terrain et en recherche co-créative. Il veille à l’implication des différents utilisateurs et partenaires tout au long du processus d’innovation, du concept à la mise en œuvre et à la validation. Cedric De Cauwer, VUB souligne : ”Grâce à la méthode du “living lab”, nous pouvons réaliser des mesures de terrain. Nous construisons une connaissance concrète pour ensuite écrire la feuille de route des “bonnes pratiques” pour le développement du transport autonome en région bruxelloise”.

Le projet de navette s’inscrit également dans l’évolution récente de la recherche sur les véhicules à conduite autonome et le besoin croissant de mobilité durable et de véhicules électriques.

Le laboratoire LoUIsE – Laboratoire Paysage, Urbanisme, Infrastructure et Ecologies – de la Faculté d’Architecture de l’ULB est chargé des questions spatiales et de design urbain dans ce projet bruxellois.
Geoffrey Grulois, coordinateur de LoUIsE, ULB explique : “En partenariat avec MOBI, LoUIsE planifie les itinéraires et les arrêts de navette, la conception des espaces publics, l’aspect logistique des services de navette automatisés, etc. La recherche implique des outils cartographiques et de conception à différentes échelles afin de comprendre les défis spatiaux du service de navette automatisé. De manière plus générale, LoUIsE étudie les implications spatiales des services de navette automatisés sur la mobilité urbaine et métropolitaine”.

Un véhicule conçu en France

La navette automatisée sélectionnée est le modèle EZ10 du constructeur français Easy Mile. Grâce à un système de senseurs, de caméras, de GPS et de V2I-communication (Vehicule to Infrastructure), le EZ10 reconnait minutieusement son parcours et ses arrêts, tout comme de possibles obstacles ou situations inattendues sur sa route. Un “opérateur” restera à bord pour reprendre les commandes manuelles si nécessaire. Un bouton d’arrêt d’urgence et des portes à capteurs complètent l’ensemble de sécurité.

Accessible au public en novembre

Lors de la première phase de cette expérience, les étudiants et membres du personnel pourront utiliser la navette autonome pour circuler entre les résidences universitaires et le bâtiment principal de la Faculté de Médecine et de Pharmacie. La navette restera donc, dans cette première phase, sur le campus. Avec une vitesse moyenne de 10 à 15km/heure, le trajet prendra trois minutes. Le véhicule entièrement électrique peut accueillir 12 personnes (6 places assises, 6 debout); il est équipé d’une plateforme pour chaises roulantes.
À partir de novembre 2019, le projet entrera dans sa seconde phase, avec un trajet d’environ 1km qui reliera les parkings principaux, les arrêts de bus environnants et l’entrée principale de l’hôpital. Il roulera alors sur une route publique. Les patients et visiteurs de l’hôpital pourront monter à bord de la navette.

Treize projets de recherche financés par le FNRS sur le Covid-19 concernent des équipes bruxelloises

La mathématicienne Ingrid Daubechies récompensée par le prix « Princesse des Asturies »

Christian Du Brulle

Mieux prendre en charge les mères précarisées

frans