Image default
Terre Institutions Climat Education Société Smile Techno telex

L’Institut royal météorologique fait appel aux yeux du public

L’Institut royal météorologique compte encore un peu plus sur la participation des citoyens pour améliorer ses services. Depuis l’été dernier, via son appli pour smartphones, l’IRM invitait déjà les volontaires à communiquer leurs observations de différents types de précipitations (pluies, neige, grêle…), mais aussi de lui signaler des cas de vents violents, de tornades, de brouillard, d’état des routes. Cet « appel au public » a remporté un certain succès. Plus d’un demi-million d’observations diverses ont ainsi été partagées via son application digitale.

L’Institut royal météorologique étend aujourd’hui un peu plus la gamme des phénomènes atmosphériques qui peuvent désormais lui être communiqués. D’une part, il s’agit de différents types d’inondations (routes, champs etc.), et d’autre part de phénomènes optiques.

Ces derniers concernent par exemple l’observation de halos lumineux, de phénomènes de parhélie ou encore d’arc-en-ciel ou d’arc circumzénithaux. Pour ces phénomènes optiques, un court descriptif technique est proposé par l’IRM. « Une parhélie consiste en l’apparition des deux répliques de l’image du Soleil, placées horizontalement à distance égale de part et d’autre de celui-ci », détaille l’appli.

En ce qui concerne l’observation d’inondations, l’IRM collabore avec les trois régions du pays.
« La prévision et la gestion des inondations des compétences régionales, mais celles-ci sont principalement occasionnées par de fortes et/ou longues précipitations », précise l’IRM. « L’ajout du rapportage des inondations dans notre app est le fruit d’une collaboration unique entre l’IRM et les trois services hydrologiques régionaux. Les informations communiquées seront transmises en temps réel aux services régionaux concernés ».

Quant à la communication de divers phénomènes optiques, l’IRM explique que le partage de ce type d’observations « peut réveiller l’intérêt et la fascination d’un plus large public pour ces phénomènes, et donc d’améliorer la connaissance de la météorologie de manière général ».

Corona: mille tests de plus par jour grâce au robot de la VUB

frans

L’utilisation d’un même équipement de ventilation pour plusieurs patients en même temps est au centre des travaux d’une équipe internationale de chercheurs

frans

Les « digital natives » ne sont pas nécessairement amateurs de cours en ligne