Image default
Archéologie Biologie Europe Histoire Société Techno telex

La génétique précise l’histoire de la domestication du cochon d’Inde

Christian Du Brulle/Frans Steenhoudt

Alors qu’en Belgique, les premières traces de cochons d’Inde remontent au XVIe siècle, en Amérique du Sud, ils constituent une source importante de protéines animales pour les êtres humains depuis des millénaires.
Mais comment ont-ils gagné l’Europe? Grâce à des analyses ADN, des chercheurs de l’ULB, les archéologues Peter Eeckhout et Céline Erauw doctorante FNRS au CReA-Patrimoine, ont retracé le processus et la diffusion de la domestication de cet animal.

Pour leurs recherches, ils ont travaillé sur 46 spécimens de cobayes dont le matériel génétique était plus ou moins intact. Ces animaux provenaient de sites archéologiques du Pérou, de Bolivie, des Caraïbes, de Belgique et des États-Unis.

Les plus anciennes traces du cobaye dans un contexte archéologique proviennent de Sabana de Bogotá, dans les hautes terres de l’est de la Colombie. Ils sont datés de 9000 avant J.-C. Au Pérou également, il existe des preuves anciennes de l’utilisation de cobayes comme repas ou comme objets de sacrifices. Sur le site de Jaywamachay, des cochons d’Inde datant de 8500 à 8160 av. J.-C. ont été retrouvés. Dans les deux cas, il s’agirait de Cavia tschudii, la variante sauvage.

Des découvertes ultérieures de Cavia porcellus, le cobaye domestiqué, montrent que la domestication réelle, a commencé vers 6000 avant J.-C. et s’est poursuivie en différentes phases au cours des millénaires. Les analyses moléculaires indiquent que le cobaye sauvage trouvé en Colombie et au Pérou était en fait l’ancêtre des cobayes domestiqués. La première phase de la domestication a eu lieu dans le sud du Pérou et le nord du Chili. Les deux phases récentes se sont déroulées hors du Pérou et ont abouti à l’élevage de cobayes pour l’expérimentation animale et comme animaux de compagnie. Cela s’est produit principalement aux États-Unis et en Europe.

Le cobaye joue depuis longtemps un rôle important en Amérique du Sud. « Les Incas ont sacrifié en masse des cobayes », indiquent les chercheurs de l’ULB.

« Nos recherches montrent que les cobayes et leurs significations historico-culturelles sont plus complexes qu’on ne le pense », affirment les chercheurs dans leur publication. « Les études régionales précédentes n’ont pas livré une image complète de la domestication et de la distribution des cobayes. L’étude de l’ADN ancien a énormément évolué ces dernières années. Il permet d’étudier en détail les traces des premières domestications et de la distribution des animaux de compagnie. »

Pister les prédateurs de l’océan Austral pour protéger les écosystèmes marins les plus riches

frans

Une espèce de lichen observée pour la première fois en Belgique

frans

Conseils juridiques gratuits à la VUB dans le cadre de la pandémie COVID-19

frans