Image default
TerreGéologieInstitutionsPaléontologieTechnotelex

L’astéroïde qui a « tué » les dinosaures a frappé la Terre sous un angle de 60 degrés

L’astéroïde qui a frappé la Terre il y a 66 millions d’années, et qui a causé des bouleversements tellement importants à la planète que les dinosaures n’y ont pas survécu, a probablement percuté l’actuelle région du Yucatan, au Mexique, sous un angle de 60 degrés. Telle est la conclusion d’une étude à laquelle a contribué un chercheur de la VUB, le Pr Philippe Claeys. L’étude prend en effet en compte des données récoltées lors de la mission IODP-ICDP 364, impliquant le chercheur bruxellois.

Les travaux dont il est ici question se basent sur une analyse des caractéristiques géologiques et géométriques du cratère de Chicxulub, large d’environ 180 kilomètres, mais aussi sur des simulations numériques en trois dimensions réalisées par un chercheur britannique, le Dr Collins (Imperial College à Londres).

Lors de l’expédition IODP-ICDP 364 (International Ocean Discovery Program – International Continental Scientific Drilling Program), un forage géologique a été réalisé en bordure du cratère Chicxulub. Ses résultats ont alimenté l’étude du Dr Collins, publiée cette semaine

« La direction et l’angle de l’impact d’un astéroïde influencent le volume et la profondeur du cratère creusé à la surface de la Terre. Cela joue aussi un rôle sur les matériaux éjectés et vaporisés », rappellent les chercheurs. « Nous montrons ici que l’angle et la direction de l’impact peuvent être dérivés des asymétries dans la structure souterraine du cratère de Chicxulub ».

Selon les simulations numériques du chercheur, couplées à l’analyse des données de terrain, c’est sous un angle approximatif de 60 degrés que l’astéroïde a frappé la Terre il y a 66 millions d’années, soit l’angle susceptible d’éjecter un maximum de débris.

Les impacts quasi verticaux créent des cratères symétriques et plus grands, mais projettent des débris moins loin. « Les impacts plus rasants ne génèrent pas autant de débris », précise le scientifique, dans la revue « Nature ».

Corona : sismologie « sociale » à l’Observatoire royal de Belgique

Christian Du Brulle

Onderzoek toont aan dat mensgebonden klimaatveranderingen in het verleden eerder uitzonderlijk waren

frans

La VUB propose un nouveau cours sur le développement durable à tous ses étudiants bacheliers

frans