Image default
Economie Société telex

La naissance d’un premier enfant entraîne une baisse des revenus de la mère de 43% pendant au moins 8 ans

Sébastien Fontenay et Ilan Tojerow, du département d’Économie Appliquée de l’ULB (DULBEA), résument dans leur dernière étude l’impact de la naissance d’un enfant sur la carrière des femmes. « Celle-ci engendre en moyenne une diminution de 43% des revenus des mères (« Child Penalty »), et ce jusqu’à 8 ans après la première naissance », notent les chercheurs avant de préciser qu’aucune diminution similaire n’est observée chez les pères. A titre de comparaison, les chercheurs précisent que cette diminution de revenu est de l’ordre de 21% au Danemark, de 43% au Royaume-Uni et va même jusqu’à 61% en Allemagne.

Impact de la naissance d'une premier enfant sur les revenus des parents. © Tojerow & Fontenay ULB/DULBEA
Impact de la naissance d’une premier enfant sur les revenus des parents. © Tojerow & Fontenay ULB/DULBEA

 

L’étude montre aussi que les mères sont davantage pénalisées dans leur carrière que les pères. Ce sont elles qui ont davantage tendance à se trouver en incapacité de travail après la naissance leur premier enfant. « Les mères sont 40% plus susceptibles que les pères d’être en incapacité jusqu’à 8 ans après la naissance d’un enfant », indiquent-ils. « Et cet écart se maintient à long terme et tend à s’amplifier avec le nombre d’enfants qui composent la famille ».

Une situation qui tend cependant à s’atténuer quelque peu depuis la disponibilité (juillet 2002 en Belgique) du congé de paternité. « Les mères dont le conjoint pouvait prendre un congé de paternité ont passé en moyenne 21% de jours de moins en incapacité sur une période de 12 ans », précisent Ilan Tojerow et Sébastien Fontenay.

Avec la fonte des glaces, le niveau des mers et océans pourrait grimper de plus de 40 cm d’ici 2100

frans

Une espèce de lichen observée pour la première fois en Belgique

frans

VUB’er leidt onderzoek naar proefdiervrije methoden voor het testen van chemicaliën

frans