Image default
Histoire Santé telex

Il y a un siècle, le prix Nobel de médecine couronnait les travaux de Jules Bordet (ULB)

Il y a un siècle, le Prix Nobel de physiologie ou médecine de 1919 était attribué au Belge Jules Bordet (ULB), pour ses travaux sur l’immunité.

À l’occasion de ce centenaire, l’Université libre de Bruxelles propose au campus du Solbosch (salle Allende) une exposition temporaire sur la vie et l’œuvre de ce savant. Elle est intitulée « Les 100 ans d’un Nobel, Jules Bordet, un pastorien à l’ULB ».

Parmi les petites histoires émaillant sa jeunesse, le Pr Jean-Louis Vanherweghem, commissaire scientifique de l’exposition, pointe volontiers l’intérêt marqué par le jeune Jules, né en 1870 à Soignies, pour le corps humain. « Dès l’école, ses dessins du système osseux ou encore de l’appareil digestif sont d’une grande précision », dit-il, en montrant un des cahiers scolaires de Bordet placé sous une vitrine.

Voilà pour l’anecdote. Après des études secondaires à l’Athénée royal de Bruxelles, et à l’âge de 16 ans, le jeune homme optera ensuite pour des études de médecine à l’ULB.

Jules Bordet y effectue ses premiers essais dans les laboratoires expérimentaux de botanique de Léo Errera et Jean Massart. Diplômé docteur en médecine en 1892, à l’âge de 22 ans, il bénéficie ensuite d’une bourse du gouvernement belge pour étudier à l’Institut Pasteur, de Paris. « Il y restera sept années et fréquentera personnellement Louis Pasteur pendant quelques mois », précise le Pr Vanherweghem.

Dès sa première publication, en 1892, signée comme « étudiant en médecine à l’ULB », Jules Bordet s’intéresse au combat entre les agents infectieux et les défenses de l’organisme. C’est donc dans ce domaine, et, plus particulièrement dans celui de l’immunité humorale, qu’il s’investit à l’Institut Pasteur de Paris.

À son retour en Belgique, il devient directeur de l’Institut antirabique du Brabant, qui fut ensuite rebaptisé, avec l’accord de la veuve de Louis Pasteur, « Institut Pasteur du Brabant ».

À partir des recherches de Jules Bordet, l’exposition met en avant les moteurs de la recherche expérimentale: la curiosité, la rigueur, l’imagination, la performance des outils et parfois la chance. Elle évoque également la diplomatie scientifique de ce début du 20e siècle et les débats actuels de société autour du dépistage et de la prévention des maladies transmissibles.

L’héritage

Bien entendu, les découvertes de Jules Bordet en immunologie sont encore d’actualité aujourd’hui. On en retrouve les principes dans des domaines aussi variés que la vaccination, l’immunothérapie du cancer, les allergies ou encore le rejet de greffes.

Découvrez ici ce qu’en dit le Pr Oberdan Leo, immunologiste et Vice-Recteur à la recherche de l’ULB.

Pour créer de nouvelles parcelles forestières, mieux vaut planter des saules et des peupliers

frans

Les familles bruxelloises ont du mal à trouver du soutien psychosocial

frans

Crise sanitaire et isolement social: les 60 ans et plus ont massivement utilisé la vidéoconférence pour maintenir le contact

Christian Du Brulle