Image default
Biologie Institutions Paléontologie telex

Il y a 55 millions d’années, les hiboux se prenaient pour des aigles

Christian Du Brulle

« Aujourd’hui, les hiboux tuent avec leur bec », dit le paléontologue Thierry Smith, de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB). « Il y a 55 millions d’années, ils chassaient plutôt comme des aigles, en tuant leurs proies avec leurs pattes et leurs griffes ».

Ce constat repose sur l’étude du squelette de Primoptynx poliotaurus, un hibou fossile bien préservé découvert voici 30 ans au Wyoming (USA).

Primoptynx poliotaurus appartient à un groupe disparu de hiboux et mesurait environ 50 centimètres de long. « Ses pattes sont différentes de celles des hiboux et chouettes actuels », détaille Thierry Smith. « Les hiboux ont aujourd’hui quatre doigts avec des griffes de même taille pour attraper des proies relativement petites, et les tuer avec le bec. Primoptynx a les premier et second doigts plus longs, comme on le voit chez les éperviers, buses, aigles et autres membres de la famille des Accipitridae. Ces deux doigts plus développés sont utilisés pour épingler les proies, qui sont percées par les serres. C’était donc un hibou qui chassait comme un aigle ».

Comparaison du squelette de Primoptynx poliotaurus avec celui du harfang des neiges actuel (Bubo scandiacus). © Sven Tränkner & Gerald Mayr
Comparaison du squelette de Primoptynx poliotaurus avec celui du harfang des neiges actuel (Bubo scandiacus). © Sven Tränkner & Gerald Mayr

 

Ce fossile montre que durant l’Éocène inférieur il y avait déjà beaucoup d’espèces de hiboux, de différentes tailles, qui occupaient différentes niches écologiques. Le succès des hiboux allait de pair avec celui des mammifères, devenus très diversifiés après la cinquième extinction massive, qui a anéanti les dinosaures. L’extinction ultérieure de Primoptynx poliotaurus et d’autres protohiboux pourrait être due à l’émergence d’oiseaux de proie diurnes à l’Éocène supérieur, précise l’IRSNB.

 

 

Une « chambre sèche » pour développer les batteries de demain

frans

Le satellite SIMBA est prêt au départ

Christian Du Brulle

Les astronomes belges vont photographier pour la première fois les pôles du Soleil

frans