Image default
Biologie Médecine Santé Institutions Société Techno telex

Deux cyclotrons pour PARTICLE, le premier centre de protonthérapie belge

Cet été, le premier centre de traitement par protonthérapie accessible en Belgique a été mis en service. Exploité conjointement par des équipes des Cliniques universitaires Saint-Luc (Woluwe) et de l’UZ Leuven, ce centre est implanté sur le campus « Gasthuisberg » de la KULeuven. La protonthérapie est une forme de radiothérapie qui permet de traiter une tumeur maligne de manière très ciblée.

Baptisé PARTICLE, (Particle Therapy Interuniversity Center Leuven), ce nouveau centre est unique en Europe en raison de sa conception en deux parties distinctes : un espace dédié au traitement des patients et un bunker séparé pour la recherche de haute technologie, chaque partie disposant de son propre accélérateur de particules ou cyclotron. Cela confère à PARTICLE un avantage sur les autres centres de protonthérapie européens dans lesquels les recherches doivent se dérouler la nuit et le week-end, l’unité étant utilisée pour les patients pendant la journée.

PARTICLE (Particle Therapy Interuniversity Center Leuven), est une collaboration scientifique et clinique entre six hôpitaux universitaires, leurs réseaux hospitaliers et deux universités, l’UCLouvain et la KU Leuven.
L’UZ Leuven, la KU Leuven, les Cliniques universitaires Saint-Luc et l’UCLouvain investissent dans le nouveau centre de traitement et de recherche et collaborent, dans ce cadre, avec l’UZ Gent, le CHU-UCL-Namur, l’UZ Antwerpen et l’UZ Brussel. L’interaction avec d’autres hôpitaux non universitaires en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles contribue aussi à un large champ d’action : grâce aux réseaux qui gravitent autour des six hôpitaux universitaires, PARTICLE peut collaborer avec 80 % de tous les services de radiothérapie du pays.

« Par rapport aux centres de protonthérapie étrangers, ce centre a ceci d’unique qu’il est intégré dans un grand hôpital universitaire, avec un accès direct au scanner IRM et aux installations d’anesthésie. L’encadrement centré sur le patient est un atout majeur. Une collaboration entre six hôpitaux universitaires par-delà la frontière linguistique est sans précédent dans notre pays. Chaque lundi, un ou plusieurs dossiers de patients sont examinés par l’ensemble des experts concernés », a indiqué le Pr Xavier Geets, chef du service de radiothérapie oncologique aux Cliniques universitaires Saint-Luc (UCLouvain).

Vaccins : le gouvernement belge investit 20 millions d’euros dans de nouveaux laboratoires à l’ULB et à l’Université d’Anvers

frans

Archéologie expérimentale : une tête de chat à la manière des anciens Égyptiens

Christian Du Brulle

Le vaccin contre le HPV allonge la vie des patientes traitées pour un cancer du col de l’utérus

Christian Du Brulle