Image default
Terre Economie Géologie Santé Institutions Politique Société Techno telex

Corona : sismologie « sociale » à l’Observatoire royal de Belgique

Christian Du Brulle

Les Bruxellois le sentent, le voient, l’entendent : la ville est plus calme depuis le début du confinement décidé par le gouvernement pour cause de pandémie au coronavirus. Résultats, la diminution des activités humaines, et principalement le transport (routier mais aussi trams et trains) dans la capitale est en chute libre. Cette diminution du charroi, sans doute couplé à un ralentissement de l’activité industrielle du côté de Forest et d’Anderlecht, a un impact sur le bruit de fond sismique : cette espèce de brouhaha qui fait « trembloter » le sol en continu.

Ces mouvements imperceptibles pour les êtres humains, de l’ordre de quelques dizaines de nanomètres, soit à peine plus que la taille du virus, ne passent pas inaperçus pour les instruments scientifiques de l’Observatoire royal de Belgique. Il résulte des vibrations engendrées par les roues des véhicules.

À Bruxelles, la station de référence sismique (de surface) de l’Observatoire royal de Belgique, située à Uccle, livre à ce sujet des graphiques fascinants. Depuis le début du confinement, l’intensité du bruit sismique y est en effet en chute libre.

« Depuis le début du confinement », explique Thomas Lecoq, sismologue à l’Observatoire, « nous observons un niveau de bruit sismique semblable à celui que nous connaissons généralement le week-end ou durant les périodes de congé. Une baisse qui est et de l’ordre de 30 à 50 % ».

« C’est bien simple, précise-t-il. Ce bruit a tellement diminué qu’il est maintenant, en journée, quasi similaire à celui que nous connaissons habituellement la nuit ».

Une situation unique, qui offre aux sismologues de nouvelles perspectives. « Le bruit de fond est si faible que cela nous permet d’envisager des études qui en temps normal ne seraient pas envisageables, précise le Dr Lecocq. Nous sommes actuellement capables de déceler des événements très faibles, comme certains petits tirs de mine dans les carrières du pays », estime-t-il.

Une incision de 5 cm remplace désormais une opération à cœur ouvert pour remplacer la valve aortique

frans

14,6 % du personnel hospitalier du CHU Saint-Pierre en contact avec les patients Covid ont développé des anticorps

Christian Du Brulle

Depuis 50 ans, l’IRM surveille l’ozone au-dessus de la Belgique

Christian Du Brulle