Image default
Terre Institutions Climat telex

Au-delà de 32 degrés, les forêts tropicales vont suffoquer

Christian Du Brulle

Une équipe internationale de chercheurs comprenant plusieurs scientifiques du Musée royal de l’Afrique Centrale, de l’Université de Liège (Gembloux) ou encore de l’Université de Gand, a effectué diverses mesures sur un près d’un demi-million d’arbres situés dans 813 forêts tropicales pour évaluer la quantité de carbone qui y est stockée. Leur analyse de la situation ? Les arbres des forêts tropicales captent et stockent un quart de siècle d’émissions de gaz à effet de serre provenant de la combustion d’énergies fossiles.

Mais cette capacité d’absorption est aujourd’hui menacée par le réchauffement de la planète. Si la température diurne dépasse les 32 degrés Celsius, les chercheurs craignent que cela affecte la santé de la forêt et donc sa capacité à fixer du carbone dans le futur.

« Notre analyse révèle que, jusqu’à un certain point, les forêts tropicales sont étonnamment résistantes à des petites différences de température. Si nous limitons le changement climatique, elles peuvent continuer à stocker une grande quantité de carbone », explique le Dr Martin Sullivan, auteur principal de cette étude. Avec un seuil à ne pas franchir: 32 degrés. Chaque augmentation d’un degré au-dessus de cette limite libèrera quatre fois plus de dioxyde de carbone que ce qui serait rejeté en dessous de cette limite, ont calculé les chercheurs. Les forêts libèrent du dioxyde de carbone dans l’atmosphère lorsque la quantité de carbone gagnée par la croissance des arbres est inférieure à celle perdue par la mortalité et la dégradation des arbres.

« D’où l’importance capitale de réduire d’urgence nos émissions de gaz à effet de serre. Si nous limitons les températures moyennes mondiales à une augmentation de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, cela pousse près des trois quarts des forêts tropicales à se retrouver au-dessus du seuil de chaleur que nous avons identifié. Toute nouvelle augmentation de la température entraînera des pertes rapides de carbone forestier».

Les chercheurs concluent que les forêts tropicales ont une capacité à long terme de s’adapter à certains changements climatiques, en partie en raison de leur forte biodiversité, car sur le long terme les espèces d’arbres capables de tolérer de nouvelles conditions climatiques poussent bien et remplacent des espèces moins bien adaptées. « Mais pour maximiser cette potentielle résilience au climat, il faut garder les forêts intactes », disent-ils.

Pour booster la recherche et les carrières « digitales », les universités nouent un partenariat avec un opérateur télécom

frans

Maladies auto-immunes: pourquoi un diabète plutôt qu’une arthrite?

Christian Du Brulle

La faune appauvrie par l’urbanisation

frans