Image default
Archéologie Europe Histoire Education Politique Société telex

Pendant son âge d’or, Anvers était dirigée par la noblesse

Dans le cadre de son doctorat mené à la VUB et à l’Université d’Anvers, la Dre Janna Everaert a étudié l’évolution du conseil municipal de la ville d’Anvers, avant et pendant son âge d’or (1490-1560). Elle a remarqué qu’à cette époque, le conseil était composé au trois quarts de nobles, ce qui était plutôt inhabituel.

« Dans d’autres métropoles commerciales similaires, les conseils municipaux étaient surtout composés de marchands », dit-elle. « À Anvers, c’étaient principalement des chevaliers, des écuyers, des seigneurs et des châtelains qui prenaient en charge la gestion quotidienne de la ville ».

Anvers, qui était à l’origine une ville moyenne du Brabant, est devenue au cours de son âge d’or la métropole incontestée des Pays-Bas. Si vers 1400, environ 10.000 personnes y vivaient, vers le milieu du XVIe siècle, ce nombre était passé à 100.000 habitants.

Jusqu’à présent, les historiens s’étaient surtout intéressés à la croissance démographique et économique de la ville. Ils avaient nettement moins prêté attention à l’administration de la cité. Dans sa recherche doctorale, Janna Everaert s’est penchée sur les personnes qui assuraient cette gestion.

Elle s’est appuyée sur les registres des échevins, le livre des échevins du XVIe siècle, des sources généalogiques et des épitaphes. La chercheuse a ainsi découvert que si des commerçants faisaient également partie du conseil municipal, leur nombre restait très limité par rapport à d’autres villes.

« Au début du XVe siècle, un certain nombre de chevaliers et de nobles siégeaient déjà au conseil municipal, mais leur nombre a augmenté de façon spectaculaire lorsqu’Anvers a repris le rôle de centre économique et commercial joué jusqu’alors par la ville de Bruges », explique-t-elle. «  À partir de ce moment-là, trois quarts des sièges du conseil municipal étaient alors occupés par la noblesse. Une situation qu’on ne retrouve nulle part à cette époque, dans d’autres villes des Pays-Bas ».

Une des explications serait liée à la croissance économique d’Anvers. « La ville attirait non seulement les marchands et les artisans, mais aussi les nobles, qui pouvaient y profiter d’un large éventail de produits de luxe. Un certain nombre de ces nobles ont également commencé à participer à la politique urbaine. La croissance économique a également créé des opportunités pour les citoyens ordinaires d’entrer en contact avec cette noblesse. Leur prospérité accrue leur a permis de devenir des partenaires de mariage intéressants pour les familles nobles, mais aussi les familles politiques qui pouvaient ainsi s’élever jusqu’à cette noblesse et qui pouvaient dès lors prétendre au style de vie plus aisé qui y était associé », conclut-elle.

Eutopia veut améliorer la coopération entre les universités européennes

frans

Brusselse bijen moeten mee luchtvervuiling opsporen

frans

Pour développer le secteur des médias sur son territoire, Bruxelles doit d’abord améliorer son image

frans