Image default
TerreGéologieInstitutionsTechnotelex

25 ans de mesures ininterrompues de la pesanteur

Un des endroits le plus froids de Belgique se situe à 48 mètres sous la surface des Fagnes. À Membach, un gravimètre à supraconductivité de l’Observatoire royal de Belgique fonctionne sans discontinuer depuis 25 ans, par moins 269 degrés °C.

Le cœur de cet instrument, qui mesure les variations de la pesanteur avec une précision de l’ordre du centième de milliardième (10-11) de g (g = 9,81 m/s2), prend la forme d’une petite bille en lévitation permanente dans un champ magnétique créé par des courants électriques persistants injectés dans des bobinages supraconducteurs. Depuis le 4 août 1995, comme le prévoit la théorie, ils y circulent sans aucune résistance et donc, sans avoir jamais été dissipés. Et pour que la supraconductivité fonctionne, il faut que ce gravimètre soit maintenu à -269 degrés.

« Dans le domaine de recherches en géophysique à l’Observatoire, ces mesures de la variation de la pesanteur sont importantes, entre autres parce qu’elles donnent accès aux variations à long terme encore mal connues, causées par des mouvements tectoniques lents ou des variations climatiques », explique le Dr Michel Van Camp, responsable du service sismologie-gravimétrie à l’Observatoire royal de Belgique. « C’est également important pour l’étude du cycle de l’eau, dont les masses variables influencent la pesanteur ».

L’illustration en tête d’article montre précisément ce type de variations de g mesurées en temps réel à Membach (courbe bleue), par rapport à la courbe rouge, qui simule la marée terrestre théorique.

A la station antarctique belge, la nouvelle saison scientifique démarre par une surveillance accrue de la couche d’ozone

Christian Du Brulle

Sur le littoral belge, les marées jouent aussi un rôle important dans l’ensablement des plages

frans

Avec « W », le Pôle Santé de l’ULB se développe à Anderlecht

Christian Du Brulle